05 juin 2009

Emmanuelle


Emmanuelle, entouré d'un parfum de scandale, provoqua un vaste débat en France sur la censure des œuvres érotiques. Le film aurait dû, selon la première commission de censure en avril 1974, subir de nombreuses coupes. Cependant, la mort la même année du président de la République française, Georges Pompidou, changea la donne.
« Tous les films doivent pouvoir sortir sans distinction. Je ne me reconnais pas le droit d'interdire à des spectateurs adultes la possibilité de voir les films qu'ils désirent. En 1975, les gens choisissent ce qu'ils veulent voir et je dois les laisser libres » dit Michel Guy, nouveau secrétaire d'État à la Culture,nommé en remplacement de Maurice Druon.
Maurice Druon nommé par Pierre Messmer ministre des Affaires culturelles en 1973, se singularisa par de courageuses prises de position contre les abus du monde culturel.
Sarkozyen avant l’heure, il cultive le style provocant qui plaît à la droite profonde tout en faisant enrager la gauche culturelle. Dans la France de l’après-68, le monde de la création est d’humeur révolutionnaire.
Pour la génération qui l’a connu homme politique, il symbolisait une certaine forme de réaction culturelle. Il a résisté avec acharnement à la modernité et au changement social.

Aucun commentaire: