14 avril 2011

les turpitudes de l'ultralibéralisme


les turpitudes de l'ultralibéralisme, qui instaure "une dictature sans dictateur (…),puissance financière illimitée, laquelle n'aspire pas à prendre le pouvoir, mais à avoir tout le pouvoir sur ceux qui le détiennent". Pour extirper le plus de profit possible, ce régime détruit l'emploi ou le précarise, incite les salariés à sponsoriser leur futur chômage, via les fonds de pension aux exigences de rentabilité démesurées. Il rejette les jeunes et condamne une fraction d'entre eux, au mépris de l'affirmation républicaine d'égalité. Il impose des règles iniques par l'intermédiaire d'institutions à sa solde -FMI, Banque mondiale, OMC…-, recherche "une échine flexible" derrière la flexibilité et s'enrichit par la spéculation. Bref, il détruit au lieu de produire. L'économie de marché, estime Viviane Forrester, peut prendre d'autres formes, nettement moins inhumaines. Mais l'ultralibéralisme a convaincu l'opinion qu'il n'existe pas d'alternative et a coulé sa dictature de l'esprit "dans un climat, un décor et des structures démocratiques".
Une étrange dictature, Viviane Forrester Ed. Fayard

aussi L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)



Aucun commentaire: