30 août 2011

Des députés UMP contre l’enseignement de l’identité sexuelle



Dans une lettre au ministre, ils estiment que ces manuels de SVT (Sciences et vie de la terre) de classe de première font référence à "la théorie du genre sexuel".

"Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités: homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels", écrivent-ils. Il s'agit selon eux d'une "théorie philosophique et sociologique qui n'est pas scientifique, qui affirme que l'identité sexuelle est une construction culturelle".


L'école serait-elle devenue, sans qu'on y prenne garde, «un lieu de propagande, où l'adolescent serait l'otage de préoccupations de groupes minoritaires en mal d'imposer une vision de la “normalité” que le peuple français ne partage pas»?

Christine Boutin

«l'inscription dans les programmes officiels de SVT en classe de première, de la théorie dite du gender. Celle-ci a été conçue comme une arme pour déconstruire l'identité sexuelle» alors que «les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités: homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels».Christian Vanneste (UMP)

«Un enfant sur 4.500 naît avec une anomalie de la différenciation».
«justifier le général par le particulier», ces exemples «pathologiques représentant pour les adolescents une vision particulièrement anxiogène de la construction de l'identité sexuelle»?

Confédération nationale des associations catholiques

Pour Catherine Allais, directrice éditoriale Sciences et Nature chez Belin, la prudence s'est imposée de fait sur certains sujets. «Nous n'avons par exemple pas évoqué de liens entre orientation sexuelle et biologie, car les fondements biologiques, s'il y en a, ne sont pas établis, à l'image du soi-disant gène de l'homosexualité

d'après mediapart

ici


Aucun commentaire: