20 avril 2008

Houellebecq - La Possibilité d'une île


L'ensemble forme un récit apocalyptique qui parle d'un temps où tous les «mauvais instincts» de l'homme sont devenus des valeurs sûres. L'Occident, fasciné par le cynisme et le mal sous toutes ses formes, s'est transformé en royaume de la vulgarité, du sexe et de l'argent... Ce mélange de mépris et de dépression explique pourquoi le livre semble se dérober au jugement et pourquoi il produit cette attirance, notre société étant bien en partie celle que décrit l'auteur, à la fois cynique et très lasse, avec une forte tendance au masochisme...
Daniel Rondeau - L’Express du 22 septembre 2005



Aucun commentaire: