10 mai 2008

Professeurs de désespoir


Dans Professeurs de désespoir, Nancy Huston soutient que plusieurs des grands noms de la littérature occidentale récente, c'est-à-dire Schopenhauer, Cioran, Kundera, Houellebecq et autres "néantistes", pour reprendre son expression, ont érigé des oeuvres dont l'aspect noir, parfois proche d'une philosophie nihiliste, vient d'abord chez eux des blessures de l'enfance.

Elle définit les postulats et les facteurs d'émergence du nihilisme ou du "néantisme": en réaction à l'ébranlement de la place et du pouvoir de l'être humain dans l'univers (avec le modernisme) et de l'Homme dans la société et la culture (avec l'émancipation des femmes), en réaction enfin au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, le nihilisme élabore une vision du monde fondée sur les principes d'élitisme et de solipsisme (individualisme misanthrope), de dégoût du féminin (le féminin étant identifié au corps et à la nature) et de mépris pour la vie terrestre.

Le nihilisme est comparable à l’utopisme, puisque dans les deux cas ils traduisent une quête d’absolu.




Aucun commentaire: