15 août 2008

un monde pourri de l’intérieur

Un même sentiment de révolte anima [les] intellectuels qui voyaient régner partout la décadence et la mort, qui sentaient approcher un désastre auquel la guerre de 1914 viendra donner corps. 
Kandinsky, lui était plein d’espoir, il voyait dans la fin du XIXe siècle le point de départ de l’une des plus grandes épopées de la spiritualité. Lorsque éclata la guerre de 1914, certains de ces jeunes gens reconnurent le désastre qu’ils avaient pressenti. D’autres, au contraire, crurent que ce conflit serait le fossoyeur du passé, l’accoucheur d’un monde nouveau et qu’il permettrait de « purifier un monde pourri de l’intérieur »
Jean Brun, essence et histoire de la musique, p.172, 174, ad solem 1999.

Aucun commentaire: