22 décembre 2011

Le basculement du monde


La sortie de crise n'est pas pour demain

La crise actuelle trouve ses origines dans un phénomène qui dépasse de loin la zone euro et la gestion des finances publiques de chacun de ses membres: il s’agit de la persistance et de l’aggravation des déséquilibres mondiaux.

cette fois, le dénouement paraît réellement très proche. Mais il ne faudrait pas croire que ce sera la fin de nos problèmes…

Comme l’écrivent les économistes d’Aurel BCG, «plus la crise est grave, plus la fin approche».
Il est difficile de prévoir exactement quand l’événement se produira et quelle forme il prendra.

même si on peut entrevoir la fin prochaine de la phase aiguë de la crise, ce serait une erreur de croire que la crise elle-même sera terminée.

la crise actuelle trouve ses origines dans un phénomène qui dépasse de loin la zone euro et la gestion des finances publiques de chacun de ses membres: il s’agit de la persistance et de l’aggravation des déséquilibres mondiaux.

la Chine s’est réveillée et d’autres pays émergents se sont aussi lancés à la conquête du marché mondial. Pour reprendre une expression employée par de nombreux économistes, on assistait alors au basculement du monde.

Bref, même si l’on sort bientôt de la phase de crise aiguë, ce qui paraît très probable, les prochaines années ne vont pas être faciles. Bon courage!

Aucun commentaire: