25 février 2007

L’homme pressé - Paul Morand



Pierre gâche tout, l'amitié, l'amour, la paternité, par sa hâte fébrile à précipiter le temps. A cette allure vertigineuse, il ne goûte plus ce qui fait le prix de la vie, ni les moments d'intimité que sa femme Hedwige lui ménage, ni la poésie des choses. Il se consume et consume les siens en fonçant vers un but qu'il renouvelle, chaque fois qu'il l'atteint.
«Le patient use toujours l’impatient.»
[ Paul Morand ] - Extrait de L’homme pressé.

Aucun commentaire: