20 avril 2008

Allan Bloom ou la bonne éducation


Bloom pensait qu'une éducation libérale jointe à l'étude judicieuse des grands textes classiques était le cœur même de toute bonne éducation. Il pensait que les Grands Livres étaient le véhicule privilégié de ce qu'il y a d'essentiel dans la culture occidentale et de ce que la réflexion peut approcher de plus fondamental dans les questions permanentes et importantes auxquelles l'être humain est confronté, comme individu dans la société.
Bloom croyait fermement qu'un individu ne saurait examiner vraiment la vie sans s'engager dans une étude sérieuse, et une pratique non moins sérieuse des grands textes classiques. Il croyait si fortement cela qu'il s'est appliqué à maîtriser parfaitement le grec classique et la langue française, à la fois pour ses propres études et pour son enseignement ; ses traductions de La République de Platon et de l'Émile de Rousseau ont donné lieu à de multiples explorations ultérieures, qu'on retrouve certes dans l'Âme désarmée, mais surtout dans l'ouvrage posthume très puissant Love and Friendship (l'Amour et l'Amitié, tr. fr. Pierre Manent), dans lequel Bloom se montre un lecteur très sagace de Platon, mais aussi de Rousseau, de Jane Austen, de Stendhal, de Tolstoï, de Shakespeare et de Montaigne. Sa philosophie et ses idées sont dans la lignée de celle de Strauss, bien que Bloom ait été le disciple flamboyant d'un maître plus austère.

Le disciple de Leo Strauss qu'était Bloom fait figure, aux États-Unis comme en France (cf. l'accueil réservé à L'âme désarmée, Julliard, 1987 consacré au déclin de la culture générale), de réactionnaire patenté, d'homme plongé dans ses livres plus que dans la vie, de pourfendeur des mœurs contemporaines et de l'esprit du temps. Dans cet ouvrage aussi, bien sûr, figure une condamnation de la vulgarité de l'époque au profit de la recherche d'une vérité qu'il puise dans les ouvrages littéraires et philosophiques (Rousseau, Shakespeare, Platon, mais aussi Tolstoï, Stendhal, Austen, Montaigne et Flaubert).







Aucun commentaire: