15 mai 2008

Don Juan


Don Juan désigne à la fois une personne ayant réellement existé et un personnage apparaissant dans de nombreuses œuvres de fiction. La vraie personne était reconnue pour sa faible moralité et ses conquêtes féminines. Après sa mort, sa vie est devenue un mythe qui a été maintes fois utilisé pour présenter des allégories de la séduction mais aussi du défi à l'autorité et à la morale en soi, et donc autant à l'ordre établi qu'à Dieu.

Fondamentalement, Don Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance de l’instant présent, en s'opposant aux contraintes et aux règles sociales, morales et religieuses, ainsi qu'en ignorant volontairement autrui. C'est donc à la fois un jouisseur et un libertin, également égoïste et destructeur. À notre époque moderne post-révolutionnaire on en fait aussi l'archétype de l'homme (devrait-on dire "le surhomme?") indépendant et puissant, faisant primer le libre-arbitre et la liberté individuelle face à toute "oppression" : contrainte ou autorité sociale ou divine.

Les grandes caractéristiques du personnage

Plaisir : sensualité souveraine, sexualité triomphante, déchaînement érotique qui s’oppose au discours galant de l’amoureux vrai, réussite.

Egoïsme cynique : l’autre n’existe pas en soi mais seulement pour l’intérêt et le plaisir que Don Juan en tire, il poursuit et trompe de nombreuses femmes, manipulation des femmes, sadisme, ne ressent aucun devoir envers les autres ;

Défi : défi des autorités et de la société de son temps en refusant de se soumettre à la morale

Antisocial : totalement opposé aux devoirs qu’impose la vie sociale, totalement opposé au respect de l’autre et à la charité chrétienne

Matérialisme : libertin, athée, il vit dans l'instant, rejette toute morale ou religion

Pouvoir et conflit : violence verbale et parfois physique, menaces, le masculin contre le féminin, le désir physique pur contre l'union des êtres, l'acte charnel contre le mariage, refus de la contrainte, abus du pouvoir de séduction, abus du pouvoir de sa position sociale.

Aucun commentaire: