22 octobre 2008

Grippe aviaire - Que sera notre quotidien en cas de pandémie ?




Quel sera notre quotidien ? L'hypothèse retenue dans le plan national prévoit qu'en cas de grippe pandémique, 9 à 20 millions de personnes seraient touchées en l'absence de mesures de protection. Parmi ces personnes, 455.000 à 1 million nécessiteraient une hospitalisation. Le nombre des décès pourrait s'élever à 212.000 si aucune mesure de prévention n'était prise. Au delà de ces chiffres inquiétants, rassurons-nous, l'approvisionnement d'eau et d'électricité sera assuré. Tout comme l'internet et le téléphone, qui seront des outils indispensables pour communiquer, parce qu'il faudra éviter au maximum les contacts entre les individus. Tous les rassemblements devront être reportés ou annulés autant que possible. Même en cas de décès, le site précise que "les cérémonies devront être limitées voire reportées". Parce que les écoles sont des lieux de transmission rapide du virus, le guide prévient que "les crèches et établissement scolaires seront certainement fermés le temps de la pandémie". Il faudra donc que chacun s'organise pour faire garder son enfant. Certains services de transport pourraient être suspendus momentanément. "Les usagers devront, le cas échéant, prévoir d'autres moyens de déplacement (marche, vélo, voiture personnelle, navettes professionnelles ou communales, etc)" précise le guide. Quoi qu'il arrive, garder le moral Le système D et la solidarité seront de rigueur. Le site prévoit un ralentissement dans les entreprises en raison de l'absentéisme dans les entreprises (pour cause de maladie, d'enfant à garder ou de malade à soigner). Les sociétés devront établir un plan de continuité d'activité et essayer de mettre en place des plans de polyvalence de leurs salariés pour maintenir leur activité. Le télétravail peut être une solution à adopter. Et pourtant, les Français devront garder le moral. Le site insiste sur l'importance des liens sociaux : "poursuivre une vie sociale restera important, aussi prendre quelques précautions sera nécessaire". Il faut continuer à vivre : "la vie associative peut aider au maintien des liens sociaux en cas de pandémie et contribuer à rendre la situation plus supportable". Bref, garder le moral pour tenir le coup, et ne pas céder à la panique. Hygiène et distance, le b.a.-ba Pour limiter la contamination, il suffit de respecter quelques règles, a priori, simples : laver ses mains et les objets, porter un masque, éternuer dans un mouchoir et éviter les contacts physiques. Des consignes qui sont rappelées dès que possible sur le site. Sur le papier cela semble réalisable mais dans les faits, c'est une autre histoire. Par exemple, il est difficile d'imaginer faire ses courses tout en gardant une distance de deux mètres avec les autres, de travailler et trouver une solution de garde pour ses enfants, ou encore d'éviter les rassemblements tout en maintenant le lien social. Le vaccin ne sera conçu au mieux que quelques mois après le début de la pandémie. En attendant les malades recevront un traitement d'antiviraux, des médicaments qui permettent de réduire les effets du virus. Toutes les personnes qui auront les symptômes de la grippe devront joindre leur médecin traitant, mais ne pas se précipiter aux urgences. Et si une personne de l'entourage est malade, il est impératif de respecter les mesures d'hygiène. Rappelons-les une nouvelle fois : se laver les mains, laver les objets et porter un masque.




Aucun commentaire: