15 avril 2010

une main salvatrice

en mars 1980, se sentant mourir, Sartre écrit dans Le Nouvel Observateur :

"Je me sens, non comme une poussière apparue dans le monde, mais comme un être attendu, provoqué, préfiguré, comme un être qui ne semble pouvoir venir que
d’un créateur et cette idée d’une main salvatrice qui m’aurait créé me renvoie à Dieu".

Aucun commentaire: