27 mai 2010

Le nouveau visage de l'ultraviolence


En quelques jours, des actes d’une violence inouïe ont été commis au Parc Astérix et dans la région
de Grenoble.

En moins de quarante-huit heures, ce sont deux faits d’une rare et extrême violence, que l’on peut qualifier de barbares, qui se sont succédé en France.
« Ce qui relève de la violence gratuite, comme dit l’expression courante, a en effet augmenté, analyse le sociologue, spécialiste des questions de violence, Thomas Sauvadet. Nous vivons dans une société où il faut avoir pour être. (…) On est loin de l’époque où respecter la vie, les êtres, était la valeur suprême. Désormais, la valeur suprême, c’est la possession. »

A Clockwork Orange a été écrit par Anthony Burgess en 1962 et adapté au cinéma par Stanley Kubrick neuf ans plus tard, en 1971.

Ici, c'est une vision d'une cité urbaine où les jeunes ont pris le pouvoir; Alex DeLarge est un jeune délinquant passionné par la musique de Beethoven, obsédé par le sexe et adepte de la violence (ultraviolence dans son propre jargon); Ils errent dans la ville en enchaînant passages à tabac, viols et affrontement avec bandes ennemies.





Aucun commentaire: