01 juin 2010

Moraliste


Un moraliste est un écrivain qui propose, sous une forme discontinue, des réflexions sur les mœurs, au sens étymologique de latin mos, moris : les usages et les coutumes humaines, les caractères et les façons de vivre — en somme, les actions et les comportements des hommes.

Note : moraliste ne doit pas être confondu avec moralisateur : ce dernier donne des leçons de morale, tandis que le premier adopte une attitude d'abord descriptive et ne traite que secondairement de morale au sens moderne.

C'est précisément le signe de cette attitude descriptive propre au moraliste : il refuse par là le discours construit, démonstratif et prescriptif, et conteste ainsi la posture d'autorité et de savoir qui y est attachée et qui est précisément celle du « moralisateur », c'est-à-dire du philosophe, du théologien ou de l'apologète.
Si l'on joint également les Pensées de Pascal à l'écriture moraliste, c'est le fait d'un accident de l'Histoire : les Pensées sont ce qui reste sous forme fragmentaire d'un projet d'apologie du christianisme ; elles ne se rattachent au genre que du fait de leur inachèvement à la mort de Pascal, et le projet initial, apologétique, et donc doté d'une forme organisée et démonstrative, aurait procédé d'une posture rien moins que moraliste.

"On accuse alors de « puritanisme » ou de « moralisme » tous ceux qui ont l'audace injustifiable de vouloir juger des idées, des paroles ou des actes au nom de valeurs transcendantes que l'homme devrait respecter."
LA CULTURE DES DÉCHETS, Jean Brun (1919-1994) a enseigné la philosophie à l’Université de Dijon de 1961 à 1986.


Aucun commentaire: