14 juin 2011

Michel Onfray, l’athéisme pour les nuls


Dans un essai qui se veut philosophique, Michel Onfray se contente de réactiver les vieux clichés antireligieux.
Malgré la volonté affichée de repenser l’athéisme, pas l’ombre ici d’une idée neuve, mais la sempiternelle litanie des polémique laïcardes et des sarcasmes matérialistes, débitée avec aigreur. Car si Onfray est, comme il le clame, un héritier de Nietzsche, c’est uniquement en ce qu’il est possédé par le ressentiment : malgré les Lumières et les essais des semblables d’Onfray, les religions conservent des millions d’adeptes, et cela rend visiblement malade notre “matérialiste hédoniste”. D’où le ton très bilieux d’un traité écrit par un théoricien du plaisir, sans jamais répondre à la question essentielle : pourquoi l’homme aurait-il au plus profond du cœur un désir absurde et vain ?
Laurent Dandrieu
Traité d’athéologie, de Michel Onfray, Grasset

Aucun commentaire: