09 septembre 2011

l’apologie du pourri sur fumier de décadence


Voici un extrait de La Barbarie à visage humain, B.-H. Lévy, 1977, Le Livre de Poche, p.127 :

"C’est le même schéma qui fonctionne pour cette autre figue de barbarie, cet autre mode de décadence que l’on baptise dans les chapelles « l’idéologie du désir ». Barbare le désir ? Oui quand il fait dire que « l’enfant est fait pour être enlevé et que « sa petitesse, sa faiblesse, sa joliesse y invitent » (Guy Hocquenghem et René Schérer, « Coïre », Recherches n° 19, 1976).

De l’idéologie du désir à l’apologie du pourri sur fumier de décadence, de l’ « économie libidinale » à l’innocent accueil fait à la violence brute et décodée, de la « schizo-analyse » même à la volonté de mort sur fond de drogues fortes et de plaisirs transversaux, la conséquence n’est pas seulement bonne, elle est surtout nécessaire. Allez voir Portier de nuit, Sex-o’clock, Orange mécanique (…). Ecoutez les pauvres épaves qui s’en vont sur les routes de la mort s’exténuer en un dernier « shoot ». (...) Vous saurez à peu près tout des effets et des principes de l’idéologie du désir ».


Aucun commentaire: