10 novembre 2012

Pourquoi "le bonheur de penser" ?

A Alexis

"Si le seul sujet qui occupe les hommes, en fait, est celui de leur bonheur, penser en est une des sources principales avec l'amour, la liberté et la satisfaction des besoins matériels. Penser, c'est réfléchir, raisonner, méditer, mais aussi rêver, créer, fantasmer.

Penser est une forme extrême d'épanouissement, une des plus mystérieuses activités humaines. Notre cerveau reste un continent encore largement inexploré : qu'est-ce que penser ? Comment pense-t-on ? Comment a-t-on conscience de soi ? Comment viennent les idées ? Comment raisonne-t-on ? Comment réfléchit-on ? Comment apprend-on ? Comment crée-t-on ? A-t-on besoin de voir, d'entendre, de sentir, de toucher, de lire pour penser ? Existera-t-il un jour, grâce aux technologies qui rendront possible la transmission de pensée, quelque chose comme une pensée collective ? Les croyances et les idéologies n'en constituent-elles pas les prémices ?
Les neurosciences démontreront bientôt, j'en suis sûr, que pen­ser est une activité nécessaire à la santé, à la vie même. En même temps qu'une des dimensions les plus originales de la condition humaine : quelle machine pourrait rivaliser avec toutes les poten­tialités du cerveau ? Aucune, à l'évidence. 100 milliards de neurones, avec 10 000 connections possibles pour chaque neurone. Quel plaisir pourrait être plus grand que d'en faire un usage aussi vaste que pos­sible ? Aucun, évidemment." pp. 12, 13.

Aucun commentaire: